Affaire Troadec : traces de sang, combustion des corps, la parole aux experts.

Le procès de Hubert Caouissin et Lydie Troadec s'est poursuivi avec le témoignage des experts qui ont travaillé sur l'affaire.

France info : 29.06.2021

Le procès de Hubert Caouissin et Lydie Troadec a lieu à Nantes aux assises de Loire Atlantique jusqu’au 9 juillet 2021.

Ce mardi 29 juin, la journée a été consacrée au récit des experts qui ont travaillé sur le quadruple meurtre de la famille Troadec à Orvault, près de Nantes, en février 2017.

Reprise de l’audience à 9h15. La présidente de la cour d’assises, Karine Laborde, appelle Pascal Olivier, expert en empreintes génétiques.

Pascal Olivier explique rapidement le principe de l’ADN. Comment il peut exclure un individu avec affirmative quand les caractéristiques générales sont différentes. Mais deux individus peuvent avoir un profil génétique proche. Qu’il faut alors affiner.

« Nous avons utilisé un réactif spécifique du chromosome Y pour faire apparaitre des particularités de l’ADN. Nous avons utilisé le Bluestar comme réactif au sang humain. Il réagit particulièrement aux globules rouges ».

Trois lieux, la scène de crime, la voiture 308, et la ferme.

« Nous n’avions pas de corps. À partir d’accessoires, de vêtements, nous avons pu trouver quatre ADN, et vérifier qu’ils appartenaient bien aux personnes disparues. Avec des gants de toilette ou brosse à dent trouvées aux domiciles des enfants nous avons pu valider facilement ces ADN ».

« Pour la scène de crime, nous avons trouvé du sang de Brigitte dans le garage, la chambre parentale, la chambre de Sébastien, la salle de bain, en mélange avec deux autres, Pascal et Sébastien ».

« Pascal, on le retrouve dans le garage, l’entrée, la chambre, l’escalier »

(Pascal Olivier, expert en empreintes génétiques)

« Sébastien, le lit de sa chambre, sur un smartphone, dans le garage, sur un interrupteur de la salle de bains. Les médias ont fait état de sa culpabilité, nous avons pu oublier cette hypothèse, dit-il, poursuivant, sous l’armoire de Charlotte nous avons retrouvé l’empreinte génétique de Brigitte et de Pascal ».

"Il y a une probabilité d’erreur de 1 sur 29 millions de milliards"

« Dans la cuisine, nous avons des bols des mugs, nous avons sur un verre deux empreintes en mélange. L’une de Sébastien, l’autre inconnue. Qui s’est révélée être celle de Hubert Caouissin. Il y a une probabilité d’erreur de 1 sur 29 millions de milliards. Nous retrouvons également l’ADN d’Hubert Caouissin sur le fauteuil bleu dans le jardin ».

« Peu d’endroits où nous retrouvons des empreintes génétiques de Charlotte. Sur le stéthoscope de Charlotte notamment (ce n’est pas celui dont parle Hubert Caouissin), sur les parties que l’on met dans les oreilles ».

« Dans le véhicule 308, nous avons eu 76 prélèvements, là on retrouve les empreintes génétiques des victimes hors traces de sang, nous retrouvons l’ADN d’Hubert Caouissin sur la commande de ventilation et sur le rétroviseur intérieur ».

Nous retrouvons avec le Bluestar les empreintes génétiques de Pascal, Brigitte, et Sébastien

(Pascal Olivier, expert en empreintes génétiques)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on vk
VK
Share on telegram
Telegram
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email
Share on print
Print